Présentation du programme

Peio Menta, Muriel Toty, Jean-Claude Iriart, Béa Peyrucq

Peio Menta, Muriel Toty, Jean-Claude Iriart, Béa Peyrucq

BAIONA 2014 souhaiterait que ce début d’année  marque le lancement du débat électoral : au delà du lancement de la campagne qui est effectif depuis plusieurs mois, celui du débat d’idées nourri par les programmes et les projets que les différents candidats viennent présenter aux habitant(e)s de Bayonne.

Aller plus loin que l’annonce d’une candidature, aller plus loin que les actions de communication motivées par la recherche de la seule notoriété, engager maintenant le débat sur le fond !

Les campagnes électorales sont des moments rares dans la vie d’une commune, c’est une opportunité qu’il convient de ne pas laisser passer, pour faire vivre la démocratie locale, intéresser les citoyens à la chose publique, à la politique locale qui conditionne, qu’on le veuille ou pas de nombreux domaines de la vie quotidienne.

Le débat d’idées dans une campagne électorale, c’est avant tout le débat sur les programmes que présentent les listes en concurrence. C’est pourquoi, aujourd’hui à moins de 11 semaines du 1er tour, il est temps que le débat démarre.

Pour le lancer, nous avons choisi de mettre notre programme sur la place publique par l’organisation d’une conférence de presse.

Nous invitons les autres listes à en faire de même le plus rapidement possible, afin que les bayonnaises et les bayonnais puissent s’intéresser aux différentes candidatures, par l’examen de nos propositions sur le fond.

Notre programme est le résultat d’un travail collectif important, mené par les membres de BAIONA 2014 :
–    12 commissions thématiques sur chacun des thèmes correspondant aux compétences de la Ville et de l’Agglomération
–    3  ateliers participatifs dédiés à la préparation du programme et à l’échange d’idées
–    2 assemblées générales consacrées à l’élaboration et à la validation du programme.
C’est en effet l’assemblée générale, forte aujourd’hui de 99 membres qui est la seule instance habilitée à décider des choix importants. Cela a été bien entendu le cas pour l’adoption du programme.

Ce programme présente tout d’abord dans une partie introductive  les termes du contrat qui est proposé aux bayonnais(e)s. Il rappelle aussi les orientations politiques qui nourrissent le contenu du programme. Il réaffirme la responsabilité « Capitale »de la ville de Bayonne et de son agglomération au regard de l’ensemble du Pays Basque nord et d’un territoire  élargi au sud des landes et à la rive droite de l’Adour.

Il officialise un double engagement sur la gouvernance Ville-Agglo (pas de cumul entre les fonctions de Maire et de Président) et sur la gestion responsable des finances des deux collectivités (les impôts locaux et l’endettement ne seront pas des variables d’ajustement). Enfin le nécessaire engagement de la ville et de l’agglo en faveur de la langue basque est précisément exposé.

Au-delà de cette partie introductive, le programme présente une soixantaine de projets, comme autant de premières  actions à mener sur 7 thématiques prioritaires de l’action publique de la Ville et de l’agglomération : l’emploi et l’économie, le cadre de vie, l’éducation, la solidarité, la culture, le sport et la démocratie participative.

Ce programme sera mis en ligne dans les jours qui viennent et mis en page sur un document de campagne qui sera diffusé dans tous les foyers de Bayonne au cours de ce mois de janvier.

Journée internationale des violences faites aux femmes

voliencefemmebaionaCe 25 Novembre a été décrété, journée internationale contre les violences faites aux femmes. Comme sur d’autres thèmes, ce statut de journée internationale permet de mettre l’accent sur un certain nombre de réalités, trop souvent oubliées le reste du temps. Le retentissement qui en résulte, est loin d’être négligeable car il peut contribuer à sensibiliser un nombre important de personnes à des situations inacceptables et à provoquer une prise de conscience collective.
C’est particulièrement important concernant les violences faites aux femmes dont le nombre et la gravité sont largement ignorées. La grande majorité des actes de violence ne font plus l’objet de déclarations et de poursuites. La question est d’autant plus dérangeante Lire la suite