Les langues de Bayonne

euskara-webAu moins trente-cinq langues sont parlées dans les familles des enfants scolarisés à Bayonne Nord, selon une enquête effectuée en 2005 par l’association Festival Baiona. Les langues constituent un patrimoine commun à toute l’humanité. La reconnaissance des langues, de toutes les langues, constitue un enjeu de reconnaissance des personnes. Toutefois, si toutes les langues sont considérées comme « égales », certaines sont plus égales que d’autres.

Selon un rapport demandé en 2013 par Aurélie Filipetti, ministre de la culture et de la communication, « malgré quelques avancées, le déclin de la plupart des langues régionales parlées en France métropolitaine n’est pas enrayé ». Or l’euskara (langue basque), qui est au cœur de la diversité linguistique de Bayonne, est aussi la langue propre au Pays Basque, et à ce titre, nous devons lui accorder une attention particulière.

1-    La reconnaissance de la pluralité linguistique

Parmi les langues parlées à Bayonne, on trouve des langues territoriales (euskara, occitan,…), des langues dites « de France » (arabe maghrébin, berbère, romani…), des langues « étrangères » (espagnol, portugais, arabe, anglais…), d’autres langues (langue des signes…).

L’euskara, de par sa situation singulière, est au croisement de plusieurs catégories : langue territoriale, langue transfrontalière, langue en situation de précarité.

Ces langues peuvent être présentes de façon temporaire ou définitive, selon qu’elles sont portées par des groupes de populations « nomades »(étudiants, gens du voyage, marins…) ou « fixes »(immigrants,…).

Quelques expérimentations valorisent cette pluralité linguistique à Bayonne:
– des actions sont menées en direction des jeunes primo-arrivants dans les écoles et collèges, pour prendre en compte certains groupes linguistiques (arabe à l’école Mallegarie, portugais à l’école de la Citadelle, …)
– Festival Baiona avait initié entre 2002 et 2010 avec la Fête des Langues et des Cultures, des rencontres linguistiques et multiculturelles dans les quartiers Nord de Bayonne.

Nous voulons
– affirmer l’égalité de toutes les langues
– valoriser les langues et les cultures, les faire se rencontrer
– donner la possibilité à chacun de pratiquer sa langue et sa culture, de se former et de s’informer

Nous proposons d’agir dans plusieurs domaines :
a – Education
– Soutien des associations de proximité dans le cadre de leur action d’apprentissage linguistique
– Actions en direction des primo-arrivants étrangers
•    lors de l’accueil des nouveaux Bayonnais, prévoir des modalités spécifiques pour les étrangers
•    mettre en place un dispositif d’accueil des étudiants étrangers
•    au niveau des écoles, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, proposer des activités périscolaires à caractère linguistique, ou un projet éducatif territorial
b – Culture
– Facilitation de moments de rencontres des langues et des cultures, par l’appui à des événements tels que Fêtes des Langues, concerts, spectacles, …
– Création d’un centre multiculturel et linguistique, permettant d’accueillir et de fédérer les centres culturels et associations existants
c – Communication
– Création d’un portail internet (en lien avec le site municipal) qui constitue un espace d’information et d’échange sur les langues et les cultures à Bayonne (associations, formations, événements, contacts,…)

2 – La sauvegarde et le développement de l’euskara

L’euskara est la langue propre au Pays Basque. Elle n’existe nulle part ailleurs et si elle n’était pas maintenue ici, elle pourrait totalement disparaître. Ce serait alors une perte pour le patrimoine commun à toute l’humanité. Habitants du Pays Basque, personnes originaires d’ici ou venues s’y installer, bascophones ou pas, nous avons donc entre tous une responsabilité particulière pour que la langue basque perdure comme langue vivante de communication quotidienne dans la sphère privée comme dans la vie publique.

A Bayonne, la situation de l’euskara est fragile (entre 7 et 9% de bascophones) mais les premiers efforts menés dans le domaine de son enseignement donnent à voir des signes encourageants (augmentation du nombre de locuteurs chez les plus jeunes). De nombreux acteurs travaillant pour la langue basque y sont présents. Trois écoles publiques offrent un enseignement bilingue avec suivi au collège et au lycée Cassin. Deux ikastola et le lycée de Seaska y sont implantés. 250 adultes y suivent des cours. Des agents territoriaux l’apprennent pendant leur temps de travail.

En tant que capitale du Pays Basque Nord, la Ville et l’Agglomération doivent mettre en place une politique linguistique audacieuse dotée de ressources et étalée dans le temps.

L’outil principal de cette politique sera un plan sur 6 ans de mesures concrètes en faveur de l’apprentissage et de l’usage de la langue basque. Il sera  basé sur une enquête sociolinguistique réalisée au niveau de la commune afin de bien mesurer la situation de départ et de fixer des objectifs atteignables autant qu’ambitieux. Ce plan sera basé sur la participation des citoyens et élaboré en concertation avec les différentes structures locales (écoles, associations, mouvement populaire, administrations locales, commerçants…). La municipalité impulsera pour ce faire la création d’une commission extra-municipale de l’euskara pour la définition, la mise en place, le développement et le suivi de ce plan.

Le plan comprendra pour chacun des chapitres ci-dessous des objectifs précis, atteignables et mesurables.

Paysage linguistique:
•    La signalisation dans la commune (nom des rues, panneaux indicateurs…) ou celle interne aux bâtiments communaux sera écrite aussi en langue basque.
Communication de la municipalité:
•    Dans tous les supports de communication de la municipalité la langue basque sera présente (bulletin municipal, imprimés, publicités, appels à projets ou à candidatures…).
Les élus et la langue basque:
•    Les élus bascophones auront la possibilité de s’exprimer en basque pendant les réunions du conseil et pour cela un système de traduction sera mis en place pour les non-bascophones. Comme pour les employés de mairie, aides et facilités seront offertes aux élus souhaitant apprendre la langue basque.
Accueil du publics et services divers :
•    Une politique générale et des mesures concrètes seront mises en œuvre afin de garantir la possibilité d’utiliser pour les citoyens qui le souhaitent la langue basque dans toutes leurs relations avec la mairie, services d’accueil ou autres.
•    Pour ce faire la municipalité prendra en compte des critères linguistiques pour toute nouvelle embauche et poursuivra le plan de formation à la langue basque pour ses employés.
•    Une politique incitative et des mesures concrètes seront prises pour que les employés puissent utiliser la langue basque dans leur travail.
Connaissance de la langue basque:
•    La municipalité favorisera le droit de tout citoyen à apprendre la langue basque (par le biais du système scolaire ou de l’enseignement du basque aux adultes). Pour cela elle mettra en place des mesures afin que les écoles favorisent l’apprentissage de la langue basque par les enfants et que les adultes puissent faire de même de façon gratuite.
Utilisation de la langue basque :
•    Au-delà de son propre fonctionnement, la municipalité impulsera l’utilisation de la langue dans tous les aspects de la vie publique Par l’information en direction des citoyens, en organisant des campagnes de motivation et par sa politique de subventions publiques. Elle travaillera de concert avec le label Bai Euskarari.
Valorisation de la langue et l’attachement de la population à l’euskara :
•    La municipalité travaillera à la promotion et au prestige de la langue basque afin de changer la perception des gens, d’augmenter leur attachement à cette langue et d’encourager la transmission familiale. Exemples : rendre officiel le nom en basque de la commune, panneaux à l’entrée de la ville : “euskaraz bizi nahi dugu”, promotion du cinéma en langue basque…

La ville se dotera par ailleurs d’un service de la langue basque doté d’un budget propre et s’inspirera des expériences menées au Pays Basque Sud dans des communes de taille et de situation linguistique comparables.

La promotion et l’usage de l’euskara participent de la vision du Pays Basque plurilingue et d’une réelle ouverture vers toutes les langues parlées à Bayonne.

Pour approfondir:

L’enfant aux deux langues – Claude Hagège

L’intégration scolaire des enfants immigrants en Europe – Agence exécutive Éducation, Audiovisuel et Culture 2009: http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/documents/thematic_reports/101FR.pdf

Déclaration universelle sur la diversité culturelle – Unesco 2001
http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001271/127162f.pdf

Rapport du Comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité -2013
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000439/0000.pdf

Exemple de Toulouse:
– un portail toulousain des langues du monde http://www.toulangues.org/
– un centre multiculturel et multilinguistique toulousain: http://www.arnaud-bernard.net/

Enquête Festival Baiona – 2005:
– fichiers Hizkuntz inkesta 2005.doc et Hizkuntzinkesta2005bilduma.doc

Donostiako hizkuntza politikaren bilana (2010ean)
http://www.udalenhizkuntzapolitika.org/udalerriak/Donostia/Donostia.html

Donostiako Euskararen Plan Orokorra 2011-2015 (egoera soziolinguistikoa, orain arteko politikaren bilana eta ondoko 4 urteetako plan zehatza). Biziki interesgarria !
http://www.euskaraz.net/Plan_Orokorra/Donostiako_Euskararen_Plan_Orokorra_laburpena_2011_2015.pdf

Le basque au coeur de la diversité linguistique

euskara-webParce qu’elle est la capitale du Pays basque nord, Bayonne doit porter une attention particulière à la langue basque : l’euskara est la langue propre au Pays basque. La langue basque n’existe nulle part ailleurs, si elle disparaissait au Pays basque, elle disparaîtrait de la planète : et ce serait une perte pour le patrimoine commun à toute l’humanité. Originaires de ce pays ou venus s’y établir, bascophones ou non, les habitants du Pays basque portent collectivement la responsabilité de la transmission de cette langue et de son utilisation comme langue vivante de communication quotidienne dans la sphère privée comme dans la vie publique. Lire la suite