La Culture AU PLURIEL

cultureBayonne est une ville créative, riche de l’énergie de ses habitants et de ses associations, riche de sa diversité culturelle. Nous entendons encourager toute synergie entre les Bayonnais et repenser le fonctionnement des structures culturelles, en développant les compétences partagées avec l’ACBA.

Cette diversité linguistique et culturelle est l’atout des métropoles du XXIe siècle. Nous encouragerons les activités interculturelles, sources de lien social, sans hiérarchie entre les modes d’expression : street art, Dantzazpi–Baionan kantuz, musique classique, électro, rap, opéra… Lire la suite

« La culture dans tous les interstices de la cité »- Article SO 28 janvier 2014

« La culture dans tous les interstices de la cité »

« La culture dans tous les interstices de la cité »
Jean-Claude Iriart, pour Baiona 2014 (abertzale et gauche) poussera aussi vers un transfert de la compétence culture à l’Agglomération : « Il n’y a aucun doute. Les acteurs culturels réfléchissent déjà à cette échelle. » Le niveau intercommunal est celui d’une « gestion cohérente des grands équipements et de la programmation culturelle. » La collectivité doit orienter l’offre culturelle sur son territoire. « Pour que la loi de l’offre produite par des acteurs privés ne l’emporte pas sur l’écoute de la demande. Les pouvoirs publics ont à éveiller la demande de leurs populations. »Dans la ville dont il brigue le poste de maire, Jean-Claude Iriart estime nécessaire un outil de communication transversal, « un portail Internet exclusivement dédié à la culture ». Dans son prolongement, une « carte citoyenne » polyvalente servirait de « pass culture ». « La carte citoyenne, ce serait tout simplement une version dématérialisée du guichet citoyen. Elle donnerait accès, via des terminaux placés dans tous les établissements publics, à toutes les informations administratives nécessaires à la vie de la famille. Mais aussi à des informations culturelles. La carte donnerait aussi accès gratuitement à certaines manifestations. »Dans les visées de Baiona 2014, « tout nouvel équipement culturel devra trouver sa place sur la rive droite de l’Adour ». Elle habite une bonne part des quartiers populaires de Bayonne. Jean-Claude Iriart insiste sur l’idée de la culture « comme vecteur de lien social » et envisage « d’investir les interstices de la cité » : « C’est à inventer, mais on peut imaginer des choses comme une guinguette itinérante, des arts de la rue, des cabanes de contes, des joutes de bertsularis, un radeau rock sur l’Adour… Bref, tout ce qui peut offrir un espace aux artistes. »

La rue, par la signalétique, peut soutenir le développement de la langue basque. « Les pistes ne manquent pas pour défendre cet autre aspect de la culture. La Ville peut aller plus loin dans l’ouverture à la langue. Et ne pas perdre de vue sa richesse. »